Bien choisir sa canne à pêche aux leurres

Lorsqu’on débute, l’une des premières choses sur lesquelles on se penche c’est l’achat de sa première canne à pêche. Cependant, le choix est tellement large qu’il est souvent difficile de s’y retrouver convenablement. C’est d’autant plus vrai car on a rarement un interlocuteur capable de nous orienter parfaitement selon nos besoins et nos envies. Dans cet article, nous allons passer en revue les différents paramètres importants dans le choix d’une canne pour la pêche aux leurres de manière générale. Puis nous établirons le profil type de la canne idéale pour débuter. Cet article a réellement pour vocation d’orienter les gens qui souhaitent se lancer dans la pêche aux leurres.

Les principales parties d’une canne à pêche

canne à pêche leurre blank talon
Le blank constitue la partie principale de la canne à pêche. A l’origine en bambou, il est maintenant composé principalement de fibre de carbone ou de fibre de verre.

Spinning ou Casting ?

Commençons par régler d’office la question du spinning ou du casting. Les deux techniques ont bien entendus leurs avantages et leurs inconvénients. Néanmoins, en tant que débutant il faut privilégier une canne spinning. La technique de lancer sera bien plus aisée et vous n’aurez pas à vous soucier des différents réglages qui peuvent s’avérer compliqués pour un débutant. De plus, lors de vos débuts, vous serez sûrement assez imprécis dans votre gestuelle de lancer et une canne spinning gommera vos erreurs la plupart du temps, contrairement à un ensemble casting qui vous sanctionnera avec des pelottes qui risquent de vous dégoûter.

Néanmoins, le casting est vraiment une technique qui peut s’avérer utile dans de nombreuses situations donc pensez à vous initier à cette technique dès que vous maîtriserez le spinning. Vous serez ainsi plus polyvalents et en mesure de choisir vos futures cannes en fonction de vos envies, vos attentes et vos préférences.

La puissance

Il s’agit du paramètre le plus important dans le choix d’une canne à pêche. C’est tout simplement la plage de grammage que la canne est capable de lancer. C’est-à-dire qu’elle doit être utilisée avec des leurres dont le poids est compris dans cette plage de puissance (même si ce n’est pas absolu !). C’est la puissance de votre canne qui va déterminer la taille des leurres que vous pourrez utiliser ainsi que les poissons recherchés. Elle est exprimée en gramme et associée à une dénomination particulière. Voici un tableau de correspondance :

La puissance de votre canne à pêche est à mettre en relation avec la taille des leurres que vous souhaitez utiliser et les espèces carnassières que vous recherchez. La pêche des poissons de taille modeste comme les truites, les chevesnes ou les perches se pratique en général avec des cannes allant de l’Ultra Light au Medium. Les poissons plus puissants, plus combatifs comme le brochet, le black bass ou le sandre se pêchent avec des cannes plus puissantes (MH à H). Enfin les pêches utilisant des leurres plus lourds comme la pêche spécifique du brochet ou du silure demandent des cannes adaptées (XH, XXH voire plus). Il est important d’adapter la puissance de votre canne pour utiliser des leurres cohérents et prendre du plaisir lors de vos combats. Prendre un poisson modeste avec un canne trop puissante n’offre pas de très bonnes sensations donc faîtes-vous plaisir en adaptant votre matériel.

L’action

L’action est le second élément à prendre en compte dans le choix de votre canne. C’est un paramètre qu’on a souvent tendance à confondre avec la sensibilité de la canne ou la résonnance qui correspond à la capacité de la canne de transmettre les informations au pêcheur. Même si ce n’est pas entièrement dissociable, l’action d’une canne est sa capacité à plier sous l’effet d’une sollicitation, que ce soit un poisson ou une animation. Il existe principalement deux catégories d’actions : rapide et progressive.

Les cannes d’action rapide (Fast) se courbent seulement sur leur extrémité. C’est ce qu’on appelle une action de pointe, c’est-à-dire que la canne dans son ensemble est plutôt rigide, sauf sur le dernier tiers du blank qui est plus souple et capable de se courber lors des combats ou des lancers. Ce type de canne permet de lancer à longue distance mais offre aussi une grande réactivité au pêcheur. Il reçoit rapidement les informations et peut déclencher un ferrage rapide et efficace car la canne va transmettre directement au leurre l’action du ferrage, permettant ainsi de planter correctement un hameçon fort de fer. On l’utilise ainsi pour des pêches qui demandent une bonne réactivité comme par exemple les pêches aux leurres souples ou bien avec de petits poissons nageurs qu’il faut animer de manière précise. Cependant, ce genre de canne n’est pas très permissif durant le combat : la moindre erreur et le poisson risque de se décrocher car la canne n’absorbe pas les coups de têtes et les mouvements brusques du poisson qui se débat.

Au contraire, il existe des cannes d’action lente, progressive ou encore parabolique (Regular). Celles-ci sont des cannes beaucoup plus souples sur l’ensemble de leur longueur. Même si ce type d’action  permet plus difficilement des animations très précises, il a pour avantage de faciliter les combats (la canne absorbe plus facilement les mouvements du poisson, réduisant ainsi le nombre de décroches) et d’augmenter le confort de pêche pour des leurres qui vibrent beaucoup comme la cuillère tournante ou le crankbait. Bien que moins à la mode que les actions rapides, les actions progressives trouvent une réelle utilité dans certains types de pêche et notamment pour les débutants car elles permettent de rectifier les erreurs lors du combat.

Voici deux cannes d’actions différentes. L’une possède une action rapide (photo de gauche) tandis que l’autre est plus parabolique (photo de droite).

 

 

 

 

 

 

 

Il existe évidemment des actions intermédiaires nommées semi-progressive ou semi-parabolique. A l’opposé, il existe des cannes d’action Extra Fast qui sont encore plus rigides. Le choix de l’action de votre canne doit être en rapport direct avec le type de leurres que vous souhaitez utiliser. Retenez globalement que les leurres qui nécessitent beaucoup d’animations à la canne (leurres souples, petits jerkbaits, petits leurre de surface) sont adaptés à une action rapide, tandis que les leurres qui nécessitent de la récupération continue au moulinet (cuillère tournante, spinnerbait, crankbait) s’utilisent avec une canne d’action plus lente.
Enfin, n’oubliez pas que la canne n’est pas le seul élément qui vous permet de jouer sur la souplesse globale de votre ensemble : le choix du corps de ligne est tout aussi important. Vous pourrez atténuer la rigidité de votre canne en choisissant une ligne plus souple comme du nylon par exemple. Au contraire, vous pourrez vous servir de la tresse pour rendre un ensemble un peu moins progressif.

Schéma récapitulatif des différentes actions de canne.

La puissance de la ligne

Pour savoir quel fil vous pouvez utiliser sur votre canne, référez-vous à la puissance de ligne indiquée sur le blank de la canne, souvent exprimée en livres (LBS). Cela permet d’adapter la résistance de votre corps de ligne en fonction de la résistance de votre canne. C’est un élément de sécurité à prendre en compte pour ne pas risquer de casser votre canne (notamment si vous utilisez une ligne trop résistante par rapport à la solidité de votre canne).

Longueur et section

Le dernier élément à prendre en considération dans le choix d’une canne est la longueur de celle-ci. Cela va principalement influencer vos distances de lancer. Plus une canne est longue, plus elle permet de propulser vos leurres sur de grandes distances car elle offre un effet de bras de levier plus efficace. Ainsi, il faut choisir la longueur de votre canne en fonction de la taille du milieu que vous allez pêcher et de son encombrement.

En tant que débutant, vous pratiquerez la majorité du temps depuis la rive, vous aurez donc besoin d’atteindre des zones parfois éloignées et c’est pour cela que vous devez adapter la longueur de votre canne. Prenez aussi en compte l’encombrement de vos spots (présence d’arbres, de structures…), une canne de taille adaptée vous permettra de vous sentir plus à l’aise et plus libres de vos mouvements. Plus vous pêcherez un milieu étendu et dégagé, plus votre canne se devra d’être longue. Au contraire, si vous pêchez des milieux plus petits, plus difficiles d’accès comme par exemple des ruisseaux à truites, une canne courte correspondra à votre pratique car elle offrira une bonne maniabilité.

Il existe des cannes de tailles très variées. A vous d’adapter votre matériel en fonction des milieux sur lesquels vous pratiquez.

 

Même si ce n’est pas souvent le critère le plus déterminant dans le choix d’une canne, pensez à prendre en compte la manière dont la canne est conçue, c’est-à-dire si elle monobrin (le blank est complet sur toute sa longueur) ou bien si elle possède deux ou plusieurs sections (le blank se présente en plusieurs morceaux qu’il faut assembler par un système d’emmanchement pour rentrer en action de pêche). Il est communément admis que les cannes monobrins transmettent de meilleure manière les informations au pêcheur et que leur blank travaille plus efficacement. Cependant, elles sont très peu pratiques à transporter ou à ranger. Les cannes multibrins ont l’avantage de faciliter le stockage et le transport. En règle générale, une canne en deux brins égaux sera un bonne compromis entre praticité et performance, surtout lorsqu’on débute.

La longueur du talon de la canne devient particulièrement importante lorsqu’on commence à pêcher depuis une embarcation, en particulier en float-tube.

Autres aspects moins importants

Il existe encore de nombreux éléments que vous pouvez prendre en compte dans le choix d’une canne à pêche : nombre, taille et disposition des anneaux, ergonomie du porte-moulinet, taille du talon, etc. En tant que débutant, mieux vaut ne pas se prendre trop la tête avec ce genre de détail qui n’affecte pas grandement la pêche. Maitrisez en premier lieu les notions de puissance, d’action et de longueur de votre canne, car cela aura une incidence directe sur l’utilisation de votre matériel.

La canne idéale du débutant

Nous avons à présent passé en revue les principaux éléments qui doivent être pris en compte lors de l’achat d’une canne pour la pêche aux leurres en général. Revenons au cas particulier du débutant. Celui-ci ne sait pas encore quelles espèces il préfère traquer ni dans quels milieux. Il ne connaît pas bien les différents types de leurres, ni comment les utiliser ou dans quelles conditions. Il est donc difficile de faire un choix cohérent pour s’offrir sa première canne à pêche. Il faut alors s’orienter vers une canne polyvalente. Une canne d’une longueur d’environ 2.10 mètres, d’une puissance de 5g-20g ou 7-28g et d’action semi-progressive sera LA canne idéale pour débuter. Sa longueur permet d’évoluer dans n’importe quel type de milieu. Une puissance M ou MH permet de lancer la grande majorité des leurres de taille usuelle et donc de pouvoir rechercher tous les types de poissons carnassiers, tout en se faisant plaisir avec des individus de taille modeste. Enfin l’action intermédiaire offrira la possibilité de pêcher avec tous les types de leurres afin que le pêcheur s’initie à un maximum de techniques. De plus une canne assez souple gommera les éventuelles erreurs lors des combats. En résumé, il vous faudra une canne qui n’excelle dans aucune technique mais capable de tout bien faire. C’est en pratiquant ainsi que vous allez comprendre vos besoins réels et vos attentes, ce qui vous permettra d’orienter vos prochains achats plus spécifiquement en allant vers du matériel plus pointu.

Il est aussi primordial de garder à l’esprit qu’une première canne à pêche doit être accessible à tous les niveaux. Que ce soit au niveau de son utilisation mais aussi de son tarif. Inutile de s’offrir une canne trop chère pour débuter. Il existe une multitude de modèles parfaitement adaptés aux débutants pour bien moins de 100 euros. En tant que débutant, on fait souvent l’erreur de penser que c’est le matériel qui permet de prendre plus de poissons. Ne tombez pas dans ce piège : bien qu’un matériel adapté soit essentiel, la compréhension du milieu, la connaissance du comportement des carnassiers ainsi que l’utilisation optimale de tout type de leurres sont les clés principales de la réussite. Ainsi, faîtes vous la main sur un ensemble d’entrée de gamme et vous évoluerez dans un second temps vers du matériel plus cher. Vous ne pourrez que mieux apprécier cette évolution de votre matériel vers plus de confort et de performance. Personne n’apprend à conduire avec une Ferrari et c’est grâce à ça qu’on apprécie d’autant plus conduire une belle voiture. A la pêche, la démarche se doit d’être identique : faîtes vos gammes sur un ensemble abordable de qualité puis faîtes-vous plaisir à utiliser du matériel de plus en plus pointu.

Commencez par du matériel d’entrée de gamme puis évoluez vers du matériel de meilleure qualité au fur et à mesure de vos expériences.

 

Article rédigé par Baptiste Portet-Tixidor
Du même auteur retrouvez également “Le spinnerbait, un leurre tout terrain“-“Le crankbait un leurre idéal pour débuter”